dimanche 25 décembre 2011

Le monsieur s'éparpille

Cet article est une collaboration spéciale du magicien Marc Trudel. Marc a été le magicien officiel du Musée Juste pour Rire pendant 3 ans. Il est champion canadien de magie, auteur de la série Les coulisses de la magie, publiée aux éditions les Intouchables, et mari de Mademoiselle Éparpillée. Pour de plus amples informations sur Marc, ses réalisations et pour des renseignements sur ses spectacles, visitez www.marctrudelmagicien.com.

Quel honneur! Être le premier bloggeur invité dans ces pages est à la fois un immense plaisir et un lourd fardeau. Avant de tenter d’amener un propos plus ou moins pertinent ou de vous exposer mes états d’âme, je crois qu’une présentation est de mise.

Je suis le mari de Mademoiselle Éparpillée, géniteur de sa magnifique fille et motivateur à temps partiel pour une artiste dont le talent inépuisable ne cesse de surprendre. Pour les lecteurs assidus de ce blogue, vous savez déjà que, dans la vie, j’exerce le métier de magicien.

Mon travail dans la vie consiste donc, quelques heures semaines, à rendre les gens heureux, à mettre des sourires sur le visage des enfants et à fasciner les esprits les plus sceptiques. Le reste de mon temps est passé à trouver des façons intelligentes de répondre aux gens qui me demandent de faire disparaître leur belle-mère, de faire apparaître de l’argent ou ceux qui s’obstinent à me demander ce que je fais vraiment dans la vie.

Morale de cette histoire, je travaille avec le public! Depuis un certain temps, je remarque un phénomène qui à la fois m’intrigue et m’inquiète terriblement: entre un employé offrant un service et le client qui le reçoit, le fossé se creuse. Je m’explique…

Lorsqu’un magicien présente un tour de magie, le réel défi est de présenter un spectacle qui amènera le spectateur à se souvenir de nous et non pas se fondre dans la masse des «magiciens qui jouent avec des cartes». On utilise donc tous les trucs possibles et imaginables pour d’obtenir une vraie réaction et créer un impact émotionnel palpable. Hors, récemment, j’ai vécu une expérience particulièrement troublante. Lors d’un souper corporatif, quelqu’un m’a littéralement ignoré pendant toutes les 5 ou 6 minutes de ma performance à cette table! Malgré mes tentatives de regarder la personne et même de lui adresser la parole, j’ai eu le droit à un dos tourné! Il est possible que cette personne ait déjà vécu une mauvaise expérience avec un magicien. Loin de moi l'intention de juger, mais je ne peux arrêter d'y repenser. Non seulement ne m’a-t-elle pas donné le bénéfice du doute, elle n'a même pas, par simple politesse, croisé mon regard!

Peut-être était-ce un cas isolé? Peut-être est-ce l’impact des médias sociaux où l’on peut arrêter d’être l’« ami » de quelqu’un d’un simple clic de souris? Notre société est-elle en train de devenir totalement inapte socialement?

J’ai d’ailleurs remarqué un phénomène similaire devant les commis à la caisse ces temps-ci. Il est rare que les caissiers nous regardent dans les yeux lors d’un achat. À titre d'exercice, j’ai même déjà attendu quelques secondes avant de reprendre ma monnaie pour voir si la personne allait «allumer» et enfin me regarder dans les yeux. Sans succès! S’en suivi un moment de malaise que j’ai rapidement corrigé en lui souhaitant un très joyeux temps des fêtes.

Assez d’éparpillement… j’en arrive à une simple suggestion pour la période des fêtes. Tentons consciemment de rendre ce moment de l’année un peu plus humain. Quand vous passez devant un vendeur à la caisse, dites-lui bonjour et souhaitez-lui un joyeux temps des fêtes. Cédez le passage à la voiture qui tente d’entrer dans votre voie, même si la circulation est pare-choc à pare-choc. Tentez de mémoriser le nom du chum de la cousine au lieu de le saluer dans le vide (vous pourrez ainsi éviter le malaise à la fin de la soirée quand vous vous rendrez compte que vous avez passé 4 heures avec quelqu’un et que vous n’avez pas pensé apprendre son nom). Et finalement, si vous croisez un magicien, saluez-le, même si c’est pour lui demander de faire disparaître votre belle-mère.

Sur ce, je profite de l'occasion pour souhaiter un très joyeux temps de fêtes et une année 2012 remplie de bonheur, de joie et de santé à Mademoiselle Éparpillée et à vous tous!

mercredi 21 décembre 2011

Joyeux soleil?

Certains célèbrent le gros des Fêtes la veille de Noël ou le jour même. D'autres fêtent à fond la fin d'une année et l'arrivée d'une nouvelle. Bon, il y a aussi ceux qui ont fait du Boxing Day une fête en soi... mais cette année, je vous suggère une nouvelle occasion de célébrer: le solstice d'hiver.

Quelle raison de plus cherchez-vous pour fêter? Le solstice d'hiver n'est pas uniquement la journée la plus courte de l'année, c'est surtout le jour qui marque le retour du soleil. Je compte donc souligner cette journée en préparant un petit festin pour ma famille et en dégustant le tout entourée de la douce lumière des bougies et des chandelles que je placerai sur notre table. Nous avons aussi commencé à fabriquer des cocottes remplies de graines de toutes sortes pour les oiseaux et des couronnes de glace qui reflètent la lumière lorsqu'elles sont accrochées à l'extérieur.

Une de nos couronnes de glace et quelques cocottes-mangeoires pour accueillir les oiseaux.

Le gâteau aux fruits et au chocolat qui clôturera notre festin du Solstice.
Des décorations hivernales pour notre appartement.
  

Selon la Société d'Astronomie du Planétarium de Montréal, cet évènement aura lieu chez nous cette nuit, soit à minuit trente le 22 décembre. Et vous, comment allez-vous célébrer le retour de la lumière dans vos vies?

mercredi 14 décembre 2011

Des morceaux d'arc-en-ciel en cadeau

Fabriquer des cadeaux me permet d'offrir des créations personnalisées et m'apporte beaucoup de satisfaction. Cette année, je découvre plus que jamais le plaisir et le sentiment d'accomplissement dans mes cadeaux faits maison. Entre ma fille, mon mari et moi, nous avons choisi de ne s'offrir que des cadeaux faits main et/ou recyclés. Je baigne donc dans une multitude de projets et la créativité se fait aller dans notre famille ces temps-ci.

Aujourd'hui, j'ai fabriqué quelques gros crayons de cire de couleurs pour ma fille. Comme elle est encore toute petite et que le crayon est difficile à manipuler, ces grosses craies seront parfaites pour elle. Certaines de ces craies se vendent dans des boutiques spécialisées pour enfants pour 15 ou 20$ pour 4 couleurs. J'ai réalisé les miennes en quelques minutes avec quelques bouts de vieux crayons de cire et un moule en silicone que je possédais déjà. Si vous n'avez pas de moule en silicone, des moules à muffins peuvent aussi faire l'affaire. Il suffit de bien les huiler d'abord. Voici comment faire:

Triez les craies par famille de couleurs et brisez-les en petits morceaux.
Faites-les cuire au four à 350°F de 5 à 10 minutes.
À la sortie du four, remuez doucement le mélange avec un cure-dent pour créer des torsades de couleurs.
Laissez refroidir une dizaine de minute et démoulez délicatement.

Si vous désirez de plus petits morceaux, coupez-les à l'aide d'un couteau de chef bien aiguisé.

Ajoutez une boucle et un papier parchemin ou encore trouvez une petite boîte pour ranger vos craies.
Et voilà le parfait cadeau pour les jeunes enfants autour de vous!

Vous avez vous aussi des projets créatifs qui font de jolis cadeaux? Écrivez-moi, je veux les connaître!

lundi 12 décembre 2011

Dans un musée près de chez vous

Merci à vous tous pour vos bons mots après la publication de mon dernier article. Votre énergie fut contagieuse et m'a fait beaucoup de bien.

Pour continuer sur cette lancée positive et pleine de vitalité, j'aimerais vous proposer une activité qui en vaut la peine. Le Musée des Beaux-Arts de Montréal est pour moi un réel bijou que je me fais un devoir de visiter régulièrement. Avec la récente ouverture du nouveau pavillon d'art canadien (magnifique!) et la réorganisation du pavillon des arts décoratifs (instructif et intéressant), j'y suis allée quelques fois ce mois-ci.

Je n'avais pas prévu visiter l'exposition temporaire Big Bang... mais le visuel de l'affiche a attiré mon oeil et je n'ai pas regretté mon détour.


Dans le cadre des célébrations de cet automne, le Musée a souhaité rendre hommage à la créativité contemporaine en organisant une exposition pluridisciplinaire, aussi novatrice que fédératrice. Une manifestation gratuite et accessible à tous. Une vingtaine d’artistes renommés venant de plusieurs disciplines, ont carte blanche pour imaginer une installation avec pour seule condition de choisir une oeuvre de la collection ; pour la réinventer, la réenchanter. L’art inspire les artistes au-delà du temps. « Avec ce projet original, la collection du Musée devient un “open work” qui permet de justifier aujourd’hui la mission essentielle de l’institution : conserver les oeuvres d’hier qui inspirent les artistes d’aujourd’hui », commente Nathalie Bondil, directrice du Musée.
Parmi les artistes invités: Nancy Huston, Melissa Auf Der Maur, Pierre Lapointe, Renata Morales, Michel Rabagliatti, Denys Arcand, Marie Chouinard, et j'en passe. 

Allez-y surtout pour l'art mural de En Masse. Vous serez renversés. Big Bang est au Pavillon Jean Noël Desmarais du Musée des Beaux-Arts de Montréal jusqu'au 22 janvier. Ne manquez pas ça!

lundi 5 décembre 2011

La solitude d'une mère

Je me considère très heureuse dans ma vie et relativement accomplie. J'ai un mari exceptionnel et une fille extraordinaire en pleine santé. Que demander de plus.

Je suis toutefois atteinte du syndrome de la solitude, syndrome qui semble atteindre particulièrement les mamans de ce monde.



Lorsque j'étais enceinte, j'ai lu plus d'un livre qui avertissait les futures-mamans de s'assurer d'être bien entourées et de participer à des activités de groupe après la naissance de bébé. J'ai suivi les conseils, je suis allée dans de nombreuses activités de nouvelles mamans - activités où personne ne se parle soit dit en passant - à part celles qui arrivent ensemble. Je suis allée à des cours de natation, des ateliers sur l'allaitement, des cours de yoga avec bébé. Des amies mamans... je ne m'en ai pas fait. Et ce n'est pas faute d'avoir essayé.

J'ai malgré tout échappé à la dépression post-partum que je craignais tant. Ma famille étant à mes côtés et mon mari étant très présent.

Mais ce soir, comme il m'arrive plus ou moins régulièrement, je me sens seule. Car depuis que je suis maman, il s'est produit une espèce de shift qui m'a fait transiger de la personne qui a besoin d'aide et de soutien à celle qui offre l'aide et le soutien à un nouvel être. (Cette transition a aussi pour résultat qu'en entrant dans une pièce, on dira toujours bonjour à votre enfant avant vous. Il peut même s'écouler quelques minutes avant qu'on vous remarque... certains ne vous remarqueront jamais d'ailleurs! )

Je ne crois pas être la seule maman affligée de ce sort, mais j'ai l'étrange impression que j'en reste prisonnière parce que je ne suis pas retournée au travail après un an: mon travail est à la maison et je n'ai pas de collègues de travail autre que mon mari qui, lui, doit souvent quitter le domicile pour travailler à l'extérieur.

Le féminisme nous a beaucoup libéré et nous a permis de nous accomplir professionnellement. Génial! Par contre, nous en avons plus sur les épaules que jamais. Et nos grands-mères avaient toutes un réseau de femmes sur lesquelles elles pouvaient se fier si elles avaient besoin d'une gardienne ou encore si elles voulaient faire des conserves ou du tricot en bonne compagnie.

Je ne dis pas vouloir revenir là. Non. Mais je trouve difficile de connecter avec d'autres femmes de mon âge, car il y a souvent peu d'occasions de le faire et il y a un monde qui nous sépare. Mon mari et moi étant artistes, notre vie est non conventionnelle. Il travaille les soirs et le weekend à gagner sa vie à faire piger des cartes et apparaître des pièces de monnaie. Je ne sais même plus comment décrire mon travail. Notre horaire est tellement chaotique que, lorsque j'ai enfin l'occasion de passer du temps avec une amie, je me vois contrainte à refuser parce que nous sommes à l'extérieur de la province. Si nous voulons recevoir à souper, nous devons nous rabattre sur la semaine, parce que notre gagne-pain se fait principalement les vendredi et samedi soirs. Vous en connaissez beaucoup des gens qui veulent venir souper le mardi?

Alors voilà, j'ai choisi de vous exposer ma solitude, car je trouve anormal et aussi malsain que nous en soyons rendus là. Et aussi parce que j'ai envie que vous me partagiez vos trucs pour vous sentir moins seuls et pour connecter avec les gens autour de vous. Laissez-moi des commentaires... sinon je serai vraiment seule!

jeudi 1 décembre 2011

Pour en finir avec le chocolat cheap!

Dans une autre vie - quand j'enseignais - il était important pour moi de célébrer l'Avent avec mes élèves.

Dès que j'écrivais Avent au tableau...

- Madame, vous avez fait une erreur! me disait-on.

Oui, oui, Avent avec un "A" majuscule et un "e". L'Avent étant le décompte chrétien marquant l'arrivée de Noël, il est de moins en moins célébré - au Québec, du moins. Et, à part un ou deux élèves qui me demandait si cela avait un lien avec les petits calendriers avec des bonhommes de Cars ou Dora the Explorer qui cachent des chocolats de qualité douteuse (un amalgame de sucre, de cire et de colorant), pas un élève ne savait ce qu'était que l'Avent!

Je me souviens avoir reçu certains de ces calendriers étant jeune, mais ce dont je me souviens davantage, c'est le calendrier maison que ma mère remplissait de petites surprises, de mots d'amour et d'invitations à des sorties en famille.

Si la qualité du chocolat des calendriers commerciaux laisse à désirer, pourquoi se priver de cette petite surprise quotidienne? Que se cache-t-il derrière la fenêtre d'aujourd'hui? Aurais-je droit à une petite ou une grosse gâterie?

À l'image du calendrier que ma mère remplissait chaque année, j'ai donc construit un calendrier de l'Avent à l'aide de quelques enveloppes, de la corde et des pinces à linge. Voici le résultat:







Chaque jour, il y a un petit message avec une surprise ou un mot d'amour destiné à mon mari et à ma fille. Parmi ces surprises? Une visite au Père Noël, une marche en famille, un souper en tête-à-tête avec mon mari, la lecture d'un conte de Noël, un chocolat peut-être aussi... Sky is the limit! Et ce qui est génial, c'est que cela nous pousse à prendre du temps en famille et à échapper au chaos qui est le sous-produit des préparatifs des Fêtes.

L'Avent commence aujourd'hui. Pourquoi ne pas fabriquer votre calendrier et profiter de l'occasion pour vous ressourcer avant Noël? Votre famille et vous le méritez bien!

samedi 19 novembre 2011

Grenouilles, patate et autres bidules...

Et non, ce n'est pas le début de la liste d'épicerie d'un buffet chinois, mais bien les objets figurant sur la liste de Noël de ma fille. Qui aurait crû que je souhaiterais autant de bestioles dans mon chez-moi?!? Heureusement, elles sont complètement craquantes! 

J'ai toujours créé une liste de cadeaux illustrée, histoire de rendre le tout très clair (mais surtout parce que j'adore dessiner!). Je poursuis donc la tradition avec la liste de ma cocotte. J'ai tellement hâte de voir les dessins qu'elle fera à son tour lorsqu'elle sera assez grande pour faire sa propre liste... 

... mais on aime bien les surprises aussi!!!

Même si la liste est bien en vue sur le blog, ma fille et moi ne prenons pas de chance: nous envoyons une copie directement au Père Noël. Si vous voulez en faire de même, il y a deux façons d'y parvenir.

Vous pouvez envoyer le tout via formulaire web sur le site de Postes Canada à l'adresse suivante http://www.canadapost.ca/cpo/mc/personal/santa/writetosanta.jsf.Toutefois, si vous êtes old school comme moi, vous préférerez utiliser les services postaux et envoyer votre liste à l'adresse suivante:

Père Noël
Pôle Nord
H0H 0H0
Canada

L'avantage de procéder ainsi, c'est que vous recevrez une réponse par la poste. Et quoi de plus spécial pour un enfant qu'une lettre adressée à son nom de la part du Père Noël? C'est certainement le meilleur cadeau de tous!

mardi 15 novembre 2011

Bouger, manger, apprendre... à travers la caméra!

Le concept est simple en théorie et très compliqué dans la vraie vie: 3 gars, 44 jours, 11 pays, 18 vols, 38 000 miles, 2 volcans en éruption, et presqu'un téraoctets de bande vidéo... transformés en 3 concepts - le mouvement, la nourriture et l'apprentissage - puis en 3 courts métrages.

Prenez quelques minutes - 3 précisément - pour vous laisser imprégner par la beauté et le bonheur des images de Rick Mereki qui se décrit lui-même comme un vidéastre et un optimiste.

Voici les vidéos, en commençant par ma préférée:






Et vous, laquelle vous préférez???

dimanche 13 novembre 2011

Une touche artistique pour Noël

  

Novembre est maintenant bien entamé, on peut enfin commencer à penser à Noël (dans mon cas c'est toujours un plaisir!).

On pense à notre liste, aux décorations, aux journées de célébration (qui ira chez qui à quel moment) et on commence à penser aux cadeaux que nous allons offrir.

Et quoi de plus original qu'une oeuvre d'art personnalisée et spécialement réalisée pour son destinataire. C'est le cadeau parfait pour la personne que vous avez de la difficulté à surprendre, pour celui ou celle à qui on ne sait jamais trop quoi acheter et c'est idéal pour la personne qui a déjà tout.

Et l'art est souvent plus abordable qu'on ne pourrait se l'imaginer. Il y a de tout pour tous les goûts, mais aussi pour tous les porte-feuilles.

Il est encore de temps de commander une oeuvre pour qu'elle soit prête pour Noël! N'hésitez pas à communiquer avec moi via courriel à mademoiselleeparpille@gmail.com pour discuter de vos besoins ou si vous désirez plus d'informations.

 

mercredi 9 novembre 2011

En Technicolor

Il y a quelques années, je me suis découvert un faible pour les musicals et les films des années 40, 50 et 60. De Ziegfeld Follies à Roman Holiday, en passant par Rear Window et To Catch a Thief, il se dégage un air de classe, d'élégance et de grâce dans tous les détails de ces productions.

La magie s'opère dès la première minute de visionnement. Cette magie est le résultat d'un travail d'artiste qui est parfois né du réalisateur, mais plus souvent d'une collaboration entre un illustrateur talentueux et un compositeur visionnaire. Nous sommes transportés dans le temps et un univers graphique et musical s'ouvre tout de suite à nous. Pour moi, les animations des crédits d'ouverture de certains films sont parmi les chefs-d'oeuvre du siècle dernier. Je vous partage certaines de mes animations préférées.

Charade (1963)
Film de Stanley Donen
Animation de Maurice Binder
Musique originale de Henry Mancini


Les Parapluies de Cherbourg (1964)
Film et séquence d'ouverture de Jacques Demy
Musique originale de Michel Legrand


Return of the Pink Panther (1975)
Film de Blake Edwards
Animation de Richard Williams
Musique originale de Henry Mancini 



Certains films plus récents ont repris la formule de manière très réussie. Voici mes coups de coeur:

Catch Me if You Can (2002)
Film de Steven Spielberg
Animation de Kuntzel et Deygas
Musique originale de John Williams


The Incredibles (2004)
Film de Brad Bird
Animation de Pixar Studios
Musique originale de Michael Giacchino




Je m'arrête ici, mais je pourrais aussi parler des animations de séries télévisées telles que Bewitched, I Dream of Jeannie et, plus récemment, Mad Men. Je vous invite également à me faire part de vos vidéos d'animation fétiches qu'il me fera un plaisir de découvrir...

Bon visionnement!

mardi 1 novembre 2011

Jeunesse d'aujourd'hui

Ma meilleure amie a 30 ans cette semaine. Et ce n'est pas un évènement banal pour elle. "J'entre dans la trentaine, ma jeunesse est terminée", me dit-elle.

J'ai le même âge qu'elle, ou presque. Enfin, je suis jeune pour quelques mois encore. Pourtant, je me sens jeune. Je ne me sens pas du tout vieillir. Je me méprends souvent à penser que j'ai le même âge que la fille de 18 ans qui me sert le café chez Starbucks... sauf que...

Je ne sais pas si j'interprète mal les signaux. Je trouve de plus en plus ardu de me tenir au courant des dernières tendances, d'être in. Est-ce cela vieillir ou bien est-ce notre nouvelle réalité technologique et multimédia, l'explosion des frontières des communications et/ou notre scène culturelle en constante expansion qui me donnent cette impression?

J'aime être à l'affût des dernières modes, des découvertes musicales, du must en lecture, de la dernière série télévisée controversée et du film indé qui fait parler. Mais ce n'est pas tout, il y a aussi les trouvailles du web, les nouvelles applications et les gadgets et outils technologiques à se procurer... et j'en passe.

Des widgets à Flick, de Shazam à Twitter, comment suivre le rythme? Au milieu de ce monde en mouvement, comment se tenir au courant? Et réussirais-je à rester jeune à travers cela? Ou le fossé commence-t-il à se creuser faisant en sorte que je me réveille un jour avec un retard insurmontable? Est-ce le début de la fin?

À cet égard, je trouve mon mari très optimiste et un peu naïf. II est convaincu que le fossé ne se creusera pas tant que cela entre notre fille et nous. Il est vrai que nous nous tenons plus à l'affût des technologies que certains de nos parents, mais je ne crois pas que cela suffise pour "être au courant". Mon père est le premier informé des nouvelles technologies (c'est toujours lui qui m'informe du dernier bidule ou de la nouvelle application dont il ne faut se passer - merci papa!). Par contre, mon père technophile ne sait pas plus qui sont LMFAO ou que Zooey Deschanel est la frontwoman de She and Him...

Pour l'instant, je n'abandonne pas. Mon assurance est suffisante pour me convaincre que je ne suis pas vieille. Après tout, l'âge réel d'une personne est rarement le même que son âge mental ou encore celui que les autres perçoivent. On connaît tous des gens qui sont jeunes, mais qui agissent comme des vieux, sans énergie, sans drive. Pourtant, à 73 ans, Jane Fonda pourrait botter les fesses de n'importe qui - au gym, comme dans la vie! Et que dire de Meryl Streep (62 ans), Anjelica Huston (60 ans) et Diane Keaton (65 ans), pour ne nommer que celles-là!

Je garde donc espoir que ma jeunesse se poursuive encore longtemps en corps, en esprit, en technologies et en culture populaire!!!

Et bon anniversaire Julie! Tu seras toujours jeune à mes yeux!

mardi 25 octobre 2011

Les objets de mon affection


Mes envies décoratrices et esthétiques sont toujours changeantes et oh combien intenses. Voici donc les trucs dont je ne peux me passer en ce moment. Certains me sont réellement indispensables. Pour d'autres, rêver de ceux-ci m'est suffisant... pour l'instant!

1 - Les motifs de la maison finlandaise Marimekko sont tous plus beaux les uns que les autres. J'ai récemment recouvert quelques uns de mes coussins de salon dans un de leur velours de coton et je rêve de tapisser un mur de la chambre de ma fille dans cet imprimé floral graphique et complètement moderne.

2 - Ne serait-ce que pour entendre Barbra Streinsand chanter Don't Rain on My Parade ou traverser la gare à la course vêtue d'orangé, les 3 heures de Funny Girl en valent tellement la peine. Je n'en reviens pas qu'il m'ait fallu si longtemps avant de le visionner pour la première fois! Si vous ne l'avez vu, courez le chercher et installez-vous confortablement avec un bon verre!

3 - La sortie de ces magnifiques orbes signalent sans aucun doute l'arrivée imminente de l'Halloween et servent de pense-bête à tous ceux qui n'ont pas encore trouvé ou conçu leur costume. Pour moi, la citrouille n'est pas seulement la lanterne qui guide les enfants vers les friandises pour se retrouver au chemin le lendemain, c'est surtout un atout de taille à mes meilleures soupes et mes plats de légumes grillés et la meilleure purée pour farcir les tortelloni et ravioli.

4 - Le Mallo Cup est le bonbon-découverte de mon dernier voyage aux É.-U. et je contemple déjà l'idée d'en ramener une caisse pleine à mon prochain voyage... Imaginez un Reese's Peanut Butter Cup, mais oubliez le beurre d'arachide et substituez-y de la crème de guimauve... Ouf! C'est criminel comme combinaison!

5 - Les oeuvres de Rothko sont à la fois puissantes et efficaces dans la simplicité de leur composition. C'est là que réside son génie. Si peu d'artistes savent se limiter à l'essentiel! J'aime me perdre entre les 3 ou 4 couleurs d'une de ses toiles.

6 - Les crayons Pitt de Faber-Castell sont ma révélation de l'année, côté matériel d'art. Ils glissent fluidement sur la feuille et le tracé est toujours impeccable et précis, sans mentionner que la juxtaposition et la superposition des traits est presqu'imperceptible. Un vrai bijou, que j'ai maintenant dans toutes les couleurs... youppi!

7 - Urban Babies Wear Black, Jet-Set Babies Wear Wings et Artsy Babies Wear Paint ne sont que trois des 11 titres proposés par Michelle Sinclair Colman et illustrés par Nathalie Dion. Il est rare de trouver des livres qui sont à la fois intéressants, modernes, beaux, colorés et assez solides pour se faire maltraiter par un enfant d'un an. Ces livres cartonnés d'une dizaine de pages sont un vrai coup de coeur pour ma fille, mon mari (oui, oui, lui aussi!) et moi. Ils se retrouveront sans aucun doute sur la liste de Noël de ma fille!

samedi 15 octobre 2011

Mon histoire d'amour avec Jamie

Je trouve mes inspirations culinaires en Angleterre, qui l'aurait cru? À tous ceux qui pensent que les Anglais ne l'ont pas l'affaire, côté cuisine, you're in for a surprise. Le courant culinaire mené de front par Jamie Oliver et les autres chefs vedettes a balayé le pays ces dernières années. Parmi eux:

Heston Blumenthal aborde la cuisine comme une science. Il est le propriétaire du célèbre Fat Duck et hôte des émissions In Search of Perfection et Heston's Feast. Son restaurant est actuellement classé au deuxième rang des meilleures tables au monde, selon le guide Michelin.


Nigella Lawson, auteure à succès (How to Eat, How to be a Domestic Goddess, Nigella Bites...) et animatrice de nombreuses émissions dédiées à la cuisine, on la connaît aussi pour sa grande beauté et ses courbes certaines.

 

Sophie Dahl, petite-fille de Roald (Charlie and the Chocolate Factory, Fantastic Mr. Fox, Matilda...), ex-mannequin et auteure de deux romans, elle a également écrit un livre de recettes magnifique (sous la tutelle de son ami Jamie Oliver) et animé une courte série d'émissions sur BBC2 qui malheureusement n'a pas duré. Sa brève carrière dans le monde de la cuisine mérite tout de même d'être remarquée.


Mais le plus grand des chefs-célébrités britanniques est sans contredit Jamie Oliver...

Et depuis quelques années déjà j'entretiens une réelle histoire d'amour avec lui... euh, je veux dire avec sa cuisine.

Désolée chéri! Mais c'est vrai. Jamie me fait saliver. Et ce n'est pas uniquement parce qu'il est agréable à regarder. C'est aussi sa cuisine hédoniste et son usage non raisonnable de l'huile d'olive.

Si vous ne l'avez pas encore vu à l'oeuvre au Food Network ou si vous n'avez pas encore dévoré une de ses revues ou de ses livres de recettes - eh oui, je lis des livres de recettes, comme des romans! - voici pourquoi vous devez vous précipiter immédiatement sur une de ses créations:

  1. Il commence et termine presque tous ces plats avec de l'huile d'olive! 
  2. Il cuisine au feeling. Une poignée et une pincée sont des mesures exactes pour lui.
  3. Rien n'est compliqué ou précieux. L'important c'est que ça goûte bon.
  4. Il fait aimer les légumes à n'importe qui. Et les câpres et les sardines aussi!
  5. Le regarder à l'oeuvre ne donne qu'une envie: cuisiner! Ah oui, et manger aussi, oups!
  6. J'ai déjà dit qu'il est agréable à regarder?


Ce n'est donc plus un secret. Vous connaissez mon amant. Heureusement, comme il m'inspire dans la cuisine, mon chum n'est pas trop jaloux!

jeudi 6 octobre 2011

Comme dans l'bon vieux temps

Quand le froid revient, c'est inévitable, on entend les gens qui commencent à se plaindre autour de nous. Il faut dire que la météo est certainement le sujet de conversation fétiche de la plupart des Québécois... Après tout,  dans notre petit coin de pays, on a droit à tous les élans de Dame Nature. Le froid, le chaud, le vent, l'humidité et toutes les formes de précipitations, de la bruine au verglas, ça nous connaît!

J'ai longtemps haït l'hiver, mais je commence à accepter, voire aimer cette période de l'année qui se veut comme une pause, une petit sieste même, qui nous force à modifier notre rythme de vie. Et plus j'adapte mon rythme à celui des saisons, plus l'arrivée du froid se fait en douceur pour moi.

C'est ainsi que, depuis environ 4 ans, je pose certains gestes dès l'équinoxe d'automne. À l'image de nos grands-parents, je me prépare à l'arrivée du froid.

  • Je change les draps des lits de coton, pour la flanelle qui réconforte.
  • J'enlève les rideaux blancs et diaphanes d'été pour les remplacer par de lourdes tentures de velours qui conservent la chaleur à l'intérieur pendant le temps froid.
  • Je fais le grand ménage et je repeinture une pièce de la maison pour donner un nouveau souffle à toute la maison.
  • Je fais la rotation de ma garde-robe pour mettre à l'avant tous les tricots chauds et les tissus plus douillets.
  • Je m'achète un nouveau chapeau, une tuque colorée ou une paire de gants inusitée. Il n'y a rien de pire pour affronter la neige et le givre que des accessoires qui sont usés et sans vie. 
  • Je me fais un première chaudronnée de cidre chaud à base de jus de pomme ou de cidre (ajoutez vos épices préférées, un sachet de thé, une lampée de rhum et une clémentine coupée en deux). Mmm! En pyjama de fllanelle, c'est l'idéal!
  • Je vais manger un bouilli chez ma mère. Ainsi, toute la famille partage le fruit des dernières récoltes. 
  • Je prépare des provisions en faisant sécher les herbes du jardin, en congelant les fruits et légumes du potager ou du marché et en mettant en conserve certains de mes délices favoris. 
Quelques unes des provisions de cette année
Rien de mieux que d'ouvrir un pot de confiture de fraises, de compote de pommes ou de chutney en plein mois de janvier pour redonner le sourire et réchauffer les coeurs. Ce sont aussi de parfaits cadeaux d'hôtesse! Cette année, j'ajoute à mes provisions des alcools aromatisés maison: vodka aux bleuets, aux framboises ou au citron. Ces boissons seront la touche idéale pour ajouter un petit extra aux cocktails des fêtes! Si vous n'avez ni le temps, ni l'envie de vous lancer dans la mise en conserve - qui je dois l'avouer peut intimider aux premiers abords - parcourez les marchés et salons de métiers d'art à l'affût de conserves pour stocker votre garde-manger. Beaucoup de producteurs présentent des produits très intéressants dans lesquels ils ont mis leurs meilleures recettes et beaucoup d'amour.

Tous ces gestes - qui me rappellent ma grand-mère - rendent le froid beaucoup plus facile à accepter. Après tout, si le froid nous était si pénible, nous serions tous sur le premier vol en direction du Sud, n'est-ce pas?

Je vous laisse sur ma recette préférée de chutney. Un parfait équilibre entre le salé et le sucré, avec une petite dose de piquant et une riche couleur ocre qui égaie n'importe quel repas. Celui-ci est parfait pour accompagner une viande ou un dhal (lentilles indiennes) ou encore pour agrémenter un plateau de fromages. Et il se prépare en un rien de temps!

Chutney aux pommes et raisins
Pour une recette plus productive, vous pouvez multiplier les quantités sans altérer le résultat final

4 pommes de la variété de votre choix
3 oignons
Vinaigre de cidre
Sucre blanc
Une bonne pincée de sel
Une poignée de raisins secs
2 c. à soupe de curcuma moulu
1 c. à soupe de gingembre moulu
1 c. à soupe de cumin moulu
1 c. à soupe de coriandre moulue

Coupez les pommes et les oignons en dés (je conserve la pelure des pommes pour un plus grand apport en fibres). Mettez dans une casserole et ajoutez du vinaigre de cidre jusqu'à 1 cm sous le niveau des pommes et des oignons. Ajoutez environ 1/2 à 3/4 de tasse de sucre, au goût. Mettez le sel, les raisins et les épices. Faites cuire à feu doux environ 45 minutes en prenant soin de mélanger quelques fois. Faites tiédir avant de servir ou mettez en pot stérilisés alors que le mélange est très chaud. En conserves, le chutney est bon pour 3 à 4 mois.

Bon appétit! Et bon automne!

mercredi 28 septembre 2011

Retour aux pinceaux

Cette semaine, je concentre mes énergies sur mon retour à la peinture et au dessin, activités que j'ai remisées depuis quelques temps déjà.

Je vous laisse donc sur une image - une création récente- plutôt qu'un texte. N'hésitez pas à me faire savoir vos commentaires. Il n'y a rien de mieux pour me stimuler dans mon processus créatif!

lundi 19 septembre 2011

Un peu d'Allure pour la semaine

De retour de New York et après avoir passé le weekend à un fabuleux mariage haut en couleurs, j'ai du mal à retomber sur le plancher des vaches. Je me laisse donc inspirer par Diane Vreeland (1906-1989), cette femme plus grande que nature qui a été l'éditrice en chef de la revue de mode Harper's Bazaar pendant une vingtaine d'années (1937-1962). 

Vreeland était une spécialiste du style et elle était reconnue pour son excentricité.
Elle disait les utiliser tous deux pour compenser sa beauté particulière.  



À l'époque où elle possédait une boutique de lingerie à Londres, soit avant qu'elle travaille pour Bazaar, Mrs. Vreeland a habillé Wallis Simpson, la Duchesse de Windsor. Amie de  C.Z. GuestCole PorterCecil Beaton et Truman Capote, entre autres, elle a également été styliste auprès de Jackie Kennedy alors que celle-ci était première dame. C'est aussi elle qui a découvert Lauren Bacall.

Dès son arrivée chez Bazaar, Vreeland a commencé sa rubrique maintenant légendaire. Ayant pour titre "Why don't you", elle y présentait des idées à essayer, parfois colorées et excentriques, d'autres fois carrément farfelues, mais qui faisaient toujours sourire. Parmi ces idées:

·         Why don't you tie black tulle bows on your wrists?
Pourquoi ne pas attacher des boucles de tulle noir à vos poignets?

·         Why don't you have a yellow satin bed entirely quilted in butterflies?
Pourquoi ne pas habiller votre lit d’un édredon jaune entièrement couvert de papillons?

·         Why don't you remember how delicious champagne cocktails are after tennis or golf? Indifferent champagne can be used for these.
Pourquoi ne pas déguster un délicieux cocktail au champagne après une partie de tennis ou de golf? Un champagne modeste peu faire l’affaire ici.

·         Why don't you cover a big cork bulletin board in bright pink felt [...] and pin with colored thumb-tacks all your various enthusiasms as your life varies from week to week?
Pourquoi ne pas recouvrir un babillard de feutre rose éclatant et y attacher à l’aide de punaises colorées tous les élans de votre vie qui change de semaine en semaine?

·         Why don't you wear, like the Duchess of Kent, three enormous diamond stars arranged in your hair in front?
Pourquoi ne pas porter, comme la Duchesse de Kent, trois immenses étoiles en diamant à l’avant de votre chevelure?

·         Why don't you have a room done up in every color green? 
Pourquoi ne pas décorer une pièce de votre maison dans tous les tons de vert?

Quelles magnifiques idées en théories, quoique très peu accessibles et/ou praticables.

Je vous propose donc une liste un peu révisée et mieux adaptée à notre temps/lieu/budget...

·         Pourquoi ne pas sortir votre écharpe la plus colorée à l'approche du temps froid?

·         Pourquoi ne pas prendre un dimanche après-midi pour écouter un opéra de Verdi?

·         Pourquoi ne pas inspirer le mixologiste en vous et apprendre à conconcter un Mint Julep?

·         Pourquoi ne pas encadrer les oeuvres d'art de vos enfants et dédier un mur complet de votre maison pour afficher le tout, comme dans une galerie?

·         ... et en même temps, pourquoi ne pas repeinturer votre salon fuchsia, vert cobalt ou jaune canari?

·         Pourquoi ne pas regarder Rear Window ou To Catch a Thief et se laisser imprégner du style de Grace Kelly?

·         Pourquoi ne pas essayer un nouveau fruit ou un légume que vous ne connaissez pas lors de votre prochaine épicerie?

·         Pourquoi ne pas inventer votre propre liste de pourquoi pas?

L'approche du temps froid me donne toujours envie de remanier ma garde-robe, ma maison et mon esprit. Cette année, je me laisse inspirer par Mrs. Vreeland et son âme aventurière. J'irai d'ailleurs chercher son autobiographie D.V. et Diana Vreeland: Bazaar Years, en plus de revoir Infamous et Factory Girl où son rôle est interprété par Juliet Stevenson et Ileana Douglas, respectivement. 

Ne vous donne-t-elle pas envie d'injecter un peu d'allure dans votre quotidien?




mercredi 7 septembre 2011

Touche pas à ma culture!


Mon mari, ma fille et moi avons aujourd'hui affronté le Pont Champlain dans l'espoir d'assister à un moment historique: le premier concert de l'Orchestre Symphonique de Montréal dans sa nouvelle salle, la Maison Symphonique de Montréal. À mon grand bonheur, j'ai appris il y a quelques jours que le spectacle allait être diffusé à la radio et à la télévision de Radio-Canada, en plus d'être présenté en plein air, juste à côté de la nouvelle salle. 

Nous avons donc bravé vents et marées pour aller sur place écouter jouer notre orchestre. Tous ceux qui ont de jeunes enfants savent à quel point il peut être demandant de se déplacer avec les enfants dans ce genre d'évènement, surtout le soir, alors qu'ils sont normalement au lit. Mais bon, c'était une exception, me suis-je dit...

J'avais toutefois oublié que notre chère Société d'état qu'est Radio-Canada s'est transformée au cours des dernières années et garde maintenant en otage notre culture nationale. Au lieu de la couverture de la culture canadienne, nous avons maintenant droit à un melting pot de musiques du monde, franco, yéyé, jazz, urbain, folk engagé, classique remixé, et j'en passe.

Il semble, plutôt, que la vraie culture soit maintenant l'affaire d'une petite clique soit élitiste, ou encore tout simplement chanceuse.

Je m'explique. 

La première partie du concert était dédiée à des oeuvres de compositeurs québécois: Claude Vivier, Gilles Tremblay et Julien Bilodeau. De petites oeuvres, mais juste ce qu'il nous fallait pour célébrer notre héritage culturel et initier tranquillement notre fille à l'écoute de la musique classique, sans y passer la soirée. 

Nous nous sommes présentés à 19 heures, soit une heure d'avance, histoire d'apprécier un pique-nique al fresco avant le début du concert. Nous voulions ensuite écouter attentivement la première partie du concert et mon mari et moi allions ensuite écouter la Neuvième Symphonie de Beethoven à la radio sur le chemin du retour, pendant que notre cocotte faisait dodo.

Mais non! Alors que le gratin de la société montréalaise assistait à la première partie du concert en salle et que le reste du pays l'écoutait à la radio ou à la télévision, nous et tous ceux qui ont osé se déplacer sur le site en plein air... avons eu droit à du tango live, de la musak du monde et un CD de Ariane Moffatt - toutes des musiques qui peuvent être très agréables, mais qui n'avaient pas leur place à un évènement de l'OSM!?!

Quel message la SRC nous envoie-t-elle? Aurions-nous dû rester chez nous? Ne méritions-nous pas d'entendre les oeuvres présentées en première partie? Pourquoi garder cette première partie en otage. La prise de son était faite. Le réalisateur et les techniciens avaient fait leur boulot. 

Ici Radio-Canada, mon oeil. J'étais là, pis Radio-Canada je l'ai pas entendu!


La culture est souvent tabou au Québec et la nouvelle radio/télé d'état fuit son devoir de transmetteur de la culture. Outre les quelques sosies de Xavier Dolan et les snobinards au faux accent français qui ne lisent que le Devoir, il est souvent mal vu de posséder ne serait-ce que des notions rudimentaires de culture générale. Voilà le message que j'entends à la SRC et qui est repris en plein air ce soir. Les références en musique classique dans le répertoire collectif  doivent se limiter au Printemps de Vivaldi, à la première phrase musicale de Für Elise et au thème de Pirates of the Carribeans. J'exagère à peine.

J'ai grandi dans une famille musicale. J'ai étudié la musique de nombreuses années et, même si mes connaissances sont loin d'accoter celles de mes parents, je crois posséder quelques rudiments de culture musicale, voire artistique. On m'a montré à lire les oeuvres classiques, à visiter des musées, à assister à des concerts, à regarder des films répertoires, bref à être curieuse. Et à avoir du plaisir à travers tout cela.

Pendant une portion de ma vie, j'ai porté cette culture comme un boulet. Mais plus maintenant. Je la vois maintenant comme une ouverture incroyable à la beauté dans notre monde. Beauté que je souhaite transmettre à ma fille. Je souhaite aussi qu'elle apprenne à porter cette culture comme un badge d'honneur

Cette soirée ne fut pas tout à fait l'Hymne à la Joie que je souhaitais, mais je suis tout de même heureuse d'avoir eu le courage de me dégourdir un peu et de d'exposer ma fille à un brin de culture. Avec un peu de chance, la prochaine fois, il y aura de la musique au rendez-vous...!


Mes félicitations à l'OSM et à Maestro Nagago pour l'inauguration de cette nouvelle salle de concert tant attendue! La prochaine fois, je prends des billets!



lundi 29 août 2011

Tout pour une rentrée réussie


La rentrée est arrivée! Certains seront tristes que les vacances terminent. Je dois toutefois avouer que la fin août et le début septembre sont parmi mes moments favoris de l'année. Ce n'est quand même pas pour rien que j'ai été enseignante pendant quelques temps! Pour moi, l'année commence davantage à la rentrée qu'en janvier.

Jeune, j'étais une des ces rares enfants qui attendaient impatiemment le retour en classe. J'aimais l'école, et avec raison, puisque j'étais une vraie bollée, une geek sous toutes les coutures. Pour moi, l'éducation physique était une punition et la dictée du vendredi était une occasion de me surpasser. Vous voyez le genre??? Inutile de vous dire que je n'étais pas la plus populaire de la classe!

Je suis maintenant un peu plus normale et, même si j'espère que ma fille aimera l'école, je me fais un devoir de m'assurer qu'elle ne sera pas aussi maniaque que moi. Plus équilibrée je l'espère. Qu'elle soit heureuse de recevoir un collant ou une étampe marquant un devoir ou un travail réussi... mais qu'elle aie également envie d'aller lancer le ballon de basket avec ses amis au gym!

... mais cela est encore loin! Ma fille n'est pas encore d'âge scolaire et il me reste quelques années avant sa première rentrée. En attendant, j'ai du mal à ne pas souligner, voire célébrer la rentrée. 

Chaque année, alors que l'automne frappe à notre porte, je regarde le film You've Got MailLe film est un hommage à la ville de New York à travers les saisons et qui débute à l'automne. Chaque fois, je succombe au charme de Tom Hanks, je ris à la répartie de Meg Ryan et j'applaudis la réalisation de Nora Ephron. Les images du films sont mémorables, la musique sublime et les images magnifiques. Et que dire des dialogues (de Nora Ephron aussi)? Un savant mélange d'émotions, de culture et de légèreté. Et dès les premières minutes du film, on entend Joe Fox, le personnage de Tom Hanks, entonner un de mes passages préférés:

Don't you love New York in the fall? It makes me wanna buy school supplies. I would send you a bouquet of newly sharpened pencils if I knew your name and address.
 
N'aimez-vous pas New York à l'automne? Cela me donne envie d'acheter des fournitures scolaires. Je vous enverrais un bouquet de crayons à mine fraîchement taillés si je connaissais votre nom et adresse.
 
Et donc, tout comme Joe Fox, l'automne me donne envie de redevenir jeune fille et de parcourir une papeterie, afin de précieusement sélectionner mes outils pour l'année. J'ai longtemps aimé magasiner mes fournitures scolaires. Je suis vite devenue une cognoscente et j'ai très hâte de reproduire ce rituel avec ma fille. Pour l'instant, je me contente de vous confier mes indispensables pour une rentrée (et une année) réussie! 

Crayons de bois de couleurs Prismacolor
Une grosse boîte (minimum 60), sinon votre enfant devra continuellement emprunter la bonne couleur à quelqu'un d'autre, ce qui enlève tout le plaisir de la chose. Aucune autre marque que Prismacolor n'est acceptable... à moins que vous ne soyez prêts à investir le prix d'une hypothèque sur des Faber Castell ou autre marque de beaux-arts. Pour le prix des Prismacolor au moment de la rentrée, vous ne pourrez obtenir de meilleure qualité (crayons à mine grasse et souple et qui sont assez confortables pour colorier foncé tout un vendredi après-midi, par exemple).


Un ou deux crayons de bois de couleur Prismacolor rouge 
Avec la grosse boîte de crayons... pourquoi d'autres crayons de bois? Eh bien, parce qu'une fois Noël passé, votre enfant aura tellement usé son crayon rouge à dessiner et colorier des pommes pour la rentrée, des vampires sanglants à l'Halloween et des Père Noël avant les Fêtes que le seul crayon rouge de la boîte aura disparu. Vous voulez recevoir un Valentin en février et encore permettre à votre enfant de se servir de sa couleur préférée en juin? Croyez-moi, vous aurez besoin d'un ou deux autres crayons rouges en réserve!


Du papier construction en feuilles libres
C'est-à-dire avec la feuille blanche précieusement enroulée et scotch-tapée autour du paquet et non pas le paquet disponible en cahier avec la reliure en caoutchouc cheap qui ne fait que déchirer les feuilles chaque fois qu'on en veut une. Encore un fois ici, le rouge est roi. Un petit paquet de feuilles écarlates est un ajout précieux qui sera certainement apprécié.


Une efface blanche Staedtler 
Ou une gomme à effacer à dessin. Pas de gomme rose, à forme spéciale, colorée ou à parfum. Et il n'y a rien de pire qu'une efface de bout de crayon mine. Celles-ci ne suppriment l'erreur que si l'on frotte suffisamment jusqu'à y laisser un trou dans la page! Pas fabuleux pour les examens du ministère...


Des mines, des mines et encore des mines
Suis-je la seule qui empruntait constamment des mines à pousse-mine à l'école? Je me demande encore pourquoi. La seule question qui reste: êtes-vous un 0.5 ou 0.7?

BIC mines pour porte-mines Critérium, degré de dureté: HB diamètre de mines: 0,5 mm contenu: 12 mines dans un étui (8270...

Voici donc tous mes trucs de bollée pour que vos enfants traversent l'adversité cette année. Armés de leurs meilleures fournitures, comment pourraient-ils ne pas aimer l'école?

Bonne rentrée à tous les élèves, étudiants, enseignants et professeurs! Gang de chanceux!

dimanche 14 août 2011

Pour terminer l'été en beauté...


Alors que les vacances tirent à leur fin et que la rentrée approche à grands pas, tous les moyens sont bons pour ajouter un peu de couleur en soi et autour de nous. Voici des idées, objets, activités qui stimulent ma créativité et qui m’inspirent à profiter de l'été jusqu'à la dernière minute. Laissez-vous inspirer...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...